Philosophie

« Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie ! N’ai-je tant vécu que pour cette infamie ! »

Pierre Corneille, Le Cid 1637 

« Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve, et je cède facilement à cette douce violence dont elle nous entraîne »

Molière, Dom Juan 1665

« La beauté absolue et éternelle n’existe pas, ou plutôt elle n’est une abstraction écrémée à la surface générale des beautés diverses »

Charles Baudelaire 1846

Philosophie du Centre Euler

Quelle est votre approche de la chirurgie esthétique ?

« J’essaie d’introduire une simplicité dans les rapports humains, afin de comprendre au mieux la demande des patients, que ce soit en chirurgie reconstructrice ou en chirurgie esthétique pure. La chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, est une chirurgie qui travaille l’apparence de l’être humain. Elle doit être capable de renoncer à de fausses promesses, pour tenter d’expliquer avec honnêteté quels sont les résultats que l’on peut espérer, tant dans la chirurgie de l’amincissement que dans celle du rajeunissement ou dans celle de la réhabilitation de l’image corporelle satisfaisante, après pathologie ou mutilation thérapeutique. »

« Le corps humain a parfois des réactions qui peuvent être imprévisibles et qui peuvent légèrement modifier le résultat escompté, tout en le rendant encore plus vrai et plus authentique. Il faut donc avoir conscience de tout cela lorsque l’on entreprend une chirurgie de l’apparence… »

Quelle est votre vision du métier de chirurgien plasticien ?

« A mon sens, le métier de chirurgien plasticien consiste à accompagner les patients et les patientes dans leur désir de « mieux être », en les déculpabilisant et en utilisant toutes les techniques modernes qui sont actuellement à notre disposition, en chirurgie plastique ou en chirurgie esthétique, pour les satisfaire. »

Comment comprenez-vous les attentes de vos patients ?

« L’écoute du patient est essentielle dans notre spécialité de chirurgie esthétique. La discipline nécessite beaucoup de psychologie, afin de percevoir les failles masquées qui peuvent atteindre l’apparence et le psychisme des patients, éléments que la chirurgie plastique ou esthétique ne sauraient combler complètement. »

À propos du « mieux-être » ?

« Grâce aux avancées de la science, aux nouvelles techniques chirurgicales et aux matériaux nouveaux qui ont fait leur apparition, il est possible d’améliorer considérablement le visage et le corps en luttant contre le surpoids et en accompagnant le vieillissement, tout en évitant les caricatures du « jeunisme ». Cette spécialité de chirurgie esthétique est merveilleusement gratifiante, car elle est la chirurgie du « mieux-être », de l’acceptation de soi, de l’homme ou de la femme moderne qui vit avec son temps, qui préserve son apparence tout en cultivant son intelligence. »