Lifting cervico-facial

Le lifting cervico-facial (lifting du visage) est le lifting le plus couramment pratiqué. On l’envisage à partir de 50 ans, quand la peau et les muscles du visage et du cou commencent à s’affaisser. Mais on peut avoir besoin du lifting du visage à la quarantaine, en cas de vieillissement précoce dû aux excès de soleil, aux variations de poids, au tabac ou à l’hérédité. Le lifting cervico-facial redessine l’ovale du visage, estompe le sillon naso-génien, défripe le cou, élimine les bajoues et le double menton. Il n’a aucune action sur le front et les paupières. 
Cette intervention de chirurgie esthétique nécessite un arrêt total du tabac deux mois avant et après l’opération, compte tenu de la catastrophe qu’entraînerait une nécrose des joues.

Technique

Les cicatrices sont placées par le chirurgien plasticien dans les cheveux au niveau de la tempe, puis passent au sommet du tragus où elles sont dissimulées. Elles contournent le lobule et passent derrière l’oreille pour se répartir dans les cheveux. Au cours du lifting cervico-facial ou lifting du visage, le chirurgien plasticien redrape la peau tout en lui préservant un aspect naturel. Il retend les muscles du visage ou SMAS, ce qui assure la qualité et la durée du résultat. Si le cou est empâté, il peut être nécessaire de pratiquer une petite incision au niveau du menton, pour retirer la graisse à ce niveau par lipoaspiration (liposuccion) et pour replier les muscles du cou. Il est fréquemment nécessaire d’injecter la propre graisse du patient dans les zones desséchées.

Intervention

  • Durée d’intervention du lifting du visage : deux à quatre heures, selon le travail à effectuer ;
  • Type d’hospitalisation : hospitalisation d’une nuit en clinique ;
  • Types d’anesthésie : générale ou locale avec neuroleptanalgésie ;
  • Durée d’hospitalisation : deux jours (une nuit) ;
  • Durée d’arrêt de travail ou incapacité : prévoir trois semaines de vacances sans obligations sociales. Certains patients sont présentables au bout de dix jours après l’intervention de chirurgie esthétique.

Bilan préopératoire

Bilan de coagulation. En cas de problème de santé (cardiaque ou pulmonaire), un bilan supplémentaire peut être prescrit par les anesthésistes. Ne pas prendre d’aspirine ni de médicament faisant saigner, quinze jours avant et après l’intervention.
 Un bilan radiologique ainsi que des photographies en noir et blanc peuvent être demandés par le chirurgien plasticien si besoin, afin d’étudier les défauts avec le patient, et d’expliquer le résultat espéré pour cette opération de chirurgie esthétique.

Suites opératoires

On retire les redons ou les lames le lendemain de l’intervention de chirurgie cervico-faciale. La patiente a un pansement en casque qui est retiré dans le même temps. Les premiers jours, il est conseillé de tourner sa tête avec douceur et de garder la tête assez droite (pour se tourner, utiliser ses épaules et non le cou), le chirurgien plasticien conseille de porter une minerve pendant une quinzaine de jours. La sortie a lieu le surlendemain de l’intervention. Un shampooing est autorisé le troisième jour avec un produit doux. L’œdème ainsi que d’éventuelles ecchymoses peuvent se voir pendant trois semaines. Les fils sont retirés au septième jour après l’opération de chirurgie plastique.

Douleurs postopératoires

Sensation de tension ou de douleur derrière les oreilles.

Résultats

Il faut attendre six mois à un an pour que les cicatrices soient discrètes, et pour que la sensibilité et la souplesse des joues reviennent. Au fil des années, la peau vieillira normalement.

Risques de complications spécifiques au lifting cervico-facial

  • Hématome toujours à craindre en cas d’agitation (nécessite une reprise chirurgicale), mais rare si les consignes sont scrupuleusement suivies ;
  • Paralysie faciale exceptionnelle et normalement régressive ;
  • Nécrose cutanée partielle (chez les patients fumeurs).

Conseils du Dr Dallaserra

Prévoir les teintures et décolorations capillaires avant l’intervention, car elles seront prohibées pendant un mois. Un bon lifting cervico-facial ne change pas l’expression du visage, mais rajeunit la patiente sans la figer.
 Un traitement par laser ou un peeling peut améliorer le résultat, en agissant sur les ridules péri-buccales.
 Une blépharoplastie peut être associée au lifting
 du visage. L’arrêt du tabac est nécessaire deux mois avant et après l’intervention de chirurgie esthétique.

Demande de prise en charge partielle par Sécurité sociale : Aucune possibilité de prise en charge par la Sécurité sociale.

Le lifting cervico-facial est actuellement retardé grâce aux Botox, acide hyaluronique, et peeling qui sont souvent pratiqués entre 40 et 60 ans.

Par contre, si le visage présente une ptôse majeure, la seule solution est le repositionnement profond des tissus par chirurgie plastique.

L’aspect figé qui était de mise il y a une dizaine d’années est actuellement remplacé par un résultat plus naturel, grâce aux microinjections de graisse réalisées en fin d’intervention de chirurgie esthétique. Les microinjections repulpent les contours et redonnent de la souplesse aux tissus.

Il n’y a pas « un » mais « des » liftings, car chaque visage vieillit d’une façon qui lui est spécifique. C’est pour cela qu’il est conseillé de se présenter si possible dès la première consultation avec des photos anciennes datant de dix, vingt ou trente ans auparavant, afin d’analyser ensemble le mode de vieillissement du visage et les modifications que le patient souhaite y apporter.