Lipoaspiration

La lipoaspiration (ou liposuccion) est une opération de chirurgie plastique ou de chirurgie esthétique. Elle consiste à aspirer, au moyen d’une fine canule mousse et par de courtes incisions cutanées (environ 2 mm), les lobules graisseux situés au niveau de la couche profonde de la graisse sous-cutanée dans des zones présentant des lipodystrophies (amas graisseux localisés). La lipoaspiration des zones superficielles avec de plus fines canules aide au redrapage cutané. L’élasticité de la peau doit permettre secondairement un bon redrapage cutané. Ainsi certaines zones donnent des résultats plus spectaculaires : les régions trochantériennes (« culotte de cheval »), la face interne des genoux, la partie sous-ombilicale de l’abdomen (liposuccion du ventre), les hanches (« pneu ») et au niveau du visage la région sous-mentale. D’autres localisations sont plus délicates comme la face interne des cuisses (peau fine), chevilles, jambes et mollets. En chirurgie plastique, la liposuccion n’est pas un procédé d’amaigrissement mais elle peut être l’élément initiateur d’une perte de poids ultérieure. La meilleure indication reste la surcharge graisseuse localisée sur une patiente au poids stable.

Technique

Le matériel de chirurgie plastique pour la liposuccion se compose d’un aspirateur chirurgical qui est relié par un long tuyau stérile et à une canule (interchangeable) de diamètre variable (2 à 4 mm) dont l’extrémité mousse est percée de petits orifices latéraux.
Avant l’intervention de liposuccion, le chirurgien plasticien aura dessiné les limites des zones à lipoaspirer (culotte de cheval par exemple) sur une patiente debout et éveillée.
L’intervention de chirurgie plastique commence par l’infiltration des zones à aspirer par une solution adrénalinée qui facilite l’aspiration et diminue le saignement per-opératoire. Une incision cutanée de 2 mm est pratiquée par le chirurgien plasticien, ce qui va permettre l’introduction de la canule. Celle-ci, par des mouvements de va-et-vient, va aspirer la graisse profonde en créant plusieurs tunnels radiaires. Cette manoeuvre est répétée dans les différentes zones à opérer. L’utilisation d’une canule plus fine permet d’aspirer la graisse très superficielle et de provoquer ainsi une rétraction cutanée permettant un meilleur résultat. Le chirurgien plasticien suture ensuite la peau et un vêtement de compression (lipopanty ou gaine abdominale) est ensuite enfilé afin d’aider au redrapage cutané. Les drains aspiratifs ne sont pas nécessaires.
La gaine est portée un mois après la lipoaspiration. On peut la retirer pour se doucher chaque jour ou pour la laver.

Intervention de chirurgie plastique

Durée d’intervention de lipoaspiration : une à deux heures selon les localisations ;
Type d’hospitalisation : hospitalisation en clinique ou en ambulatoire ;
Types d’anesthésie : locale, locale avec neuroleptanalgésie, ou générale selon l’indication et la quantité de graisse à retirer. Il est également possible d’effectuer une rachianesthésie ;
Durée d’arrêt de travail ou incapacité : deux à trois jours (à prendre en RTT). Maximum huit jours pour les lipoaspirations importantes.

Bilan préopératoire

Bilan de coagulation. En cas de problème de santé (cardiaque ou pulmonaire), un bilan supplémentaire peut être prescrit par les anesthésistes avant la chirurgie esthétique. Ne pas prendre d’aspirine et de médicament faisant saigner, quinze jours avant et après l’intervention de liposuccion (ni d’anti-inflammatoire).

Suites opératoires

Elles sont essentiellement marquées par des douleurs qui s’estompent généralement en moins d’une semaine, et l’apparition d’ecchymoses au niveau des zones traitées (culotte de cheval), qui disparaissent en moins d’un mois (peuvent avoir une couleur noirâtre ou violette). Les ecchymoses peuvent descendre vers le bas du corps sous la peau. Le fait d’appliquer des poches de glace après la chirurgie plastique diminue l’œdème et la douleur.
Le chirurgien plasticien conseille de ne pas toucher à la gaine et aux pansements pendant trois jours après la lipoaspiration, pour éviter de faire un malaise vagal à domicile. Le quatrième jour, il est conseillé de retirer la gaine, retirer tous les pansements et de placer un stéristrip sur chaque petite incision, et ne plus y toucher. Le port d’un vêtement de compression est nécessaire pour une durée d’un mois après la chirurgie esthétique. Il devra être porté jour et nuit. La douleurs postopératoires : diminuent en trois jours (courbatures).

Résultats

Ils sont d’autant meilleurs que la peau est élastique (jeune) et que la lipodystrophie était bien localisée, notamment au niveau de la culotte de cheval et de l’abdomen. Si le poids est stable, il n’y a pas de récidive.

Complications spécifiques à la lipoaspiration

Elles sont de deux types :

  • Les mauvais résultats esthétiques : capitons, effets de vagues cutanées, aspiration insuffisante, mauvais redrapage cutané si peau molle. Il est parfois possible d’effectuer une retouche de chirurgie esthétique pour améliorer le résultat, la retouche se fait sous anesthésie locale.
  • Les véritables complications médicales : anesthésie générale, un état de choc par lipoaspiration non compensée d’une quantité excessive de graisse (il est déconseillé de retirer plus de 5 L de graisse). Mais aussi l’infection plus ou moins grave mais pouvant parfois aboutir à une fasciite nécrosante redoutable (d’où la nécessité de réaliser ces interventions en milieu chirurgical et de prévenir en cas de fièvre postopératoire).
  • Possibilité de prise en charge par la Sécurité sociale : jamais.