Abdominoplastie

L’abdominoplastie (plastie abdominale, abdoplastie, dermolipectomie antérieure, etc.) est une opération de chirurgie plastique qui consiste à réduire l’excédent cutanéo-graisseux (liposuccion) situé dans la région sous-ombilicale du ventre. On associe souvent à ce geste de chirurgie du ventre la cure d’un éventuel diastasis associé (écartement des muscles grands droits). 
Parfois, l’excédent est minime et la désinsertion de l’ombilic n’est pas nécessaire : on parle alors en chirurgie esthétique de minilift abdominal.
 Enfin, dans certain cas, il n’existe pas véritablement d’excédent cutané : la seule disgrâce esthétique étant une surcharge graisseuse sous et péri-ombilicale. Dans ce cas, on effectuera une simple abdoplastie par lipoaspiration ou liposuccion de la région pour obtenir un ventre plat grâce à la chirurgie plastique.


Technique

Au cours de cette intervention de chirurgie plastique, une incision cutanée est réalisée par le chirurgien plasticien dans le pli cutané abdominal, passant au ras du pubis, le plus bas possible. Cette incision se prolonge de chaque coté souvent jusqu’aux épines iliaques antéro-supérieures. Le plastron cutanéo-graisseux est ensuite levé par décollement au ras du plan musculo-aponévrotique. Ce décollement se poursuit jusqu’au rebord costal, après désinsertion de l’ombilic (l’ombilic est complètement libéré de la peau abdominale et ne garde comme point d’attache que son insertion profonde). L’excision de l’excédent cutanéo-graisseux est ensuite réalisé par le chirurgien plasticien, on traite un diastasis éventuel par une suture bord à bord des muscles grands droits, puis la peau est redrapée vers le bas et suturée sur deux drains aspiratifs. Un pansement de contention est réalisé au bloc opératoire par le chirurgien plasticien au cours de l’abdoplastie. Il sera remplacé par une gaine dès l’ablation des drains (correspondant à la sortie de la patiente ou du patient).
 En chirurgie esthétique, on peut parfois associer à l’abdominoplastie une lipoaspiration (liposuccion) abdominale et des hanches (culotte de cheval).

Intervention

L’intervention d’abdominoplastie ne doit jamais être associée à une autre intervention, compte tenu du risque de phlébite.

  • Durée d’intervention : deux heures ;
  • Type d’hospitalisation : chirurgie du ventre nécessitant une hospitalisation en clinique ;
  • Types d’anesthésie : générale ;
  • Durée d’hospitalisation : deux à trois nuits ;
  • Durée d’arrêt de travail ou incapacité : quinze jours en moyenne.

Bilan préopératoire

  • Bilan de coagulation. En cas de problème de santé (cardiaque ou pulmonaire), un bilan supplémentaire peut être prescrit par les anesthésistes. Ne pas prendre d’aspirine ni de médicament faisant saigner quinze jours avant l’intervention et quinze jours après.
  • Recherche un antécédent personnel ou familial de phlébite ou d’embolie pulmonaire, et si c’est le cas, explorer ce problème avant de décider d’opérer en chirurgie esthétique.
  • Arrêter le tabac deux mois avant et deux mois après l’intervention
  • Arrêt de pilule un mois avant et quinze jours après l’intervention de chirurgie esthétique pour diminuer le risque de phlébite.

Suites opératoires

Une gaine de contention est à porter pour une durée d’un mois et demi – deux mois après l’abdominoplastie, selon l’importance du travail effectué sur les muscles par le chirurgien plasticien. Elle permet l’application du plastron dermo-graisseux sur le plan musculo-aponévrotique et favorise le bon redrapage cutané. Durant toute la durée du port de la gaine, les exercices sollicitant les muscles abdominaux sont à proscrire (aucun sport).
 L’antisepsie et les soins locaux sont réalisés par la patiente pendant une quinzaine de jours, après une douche quotidienne (effet bénéfique du jet de la douche directement sur les cicatrices). Les bains par contre sont à proscrire jusqu’à l’obtention d’une cicatrisation complète. 
Les fils sont le plus souvent résorbables et il n’y a pas lieu de les enlever. Sinon, ils seront ôtés à J21 après l’abdoplastie. Des piqûres d’anticoagulants sont souvent prescrites pendant huit jours.

Douleurs postopératoires

Variables. Présentes si l’on resserre les muscles lors de l’abdominoplastie.

Résultats

Résultats visibles au bout de quinze jours après la plastie abdominale.
L’œdème de la région opérée disparaît habituellement en trois à six mois. La cicatrice évolue sur un an en passant par une phase rouge et hypertrophique, généralement maximale au troisième mois. 
Un aspect plissé de la cicatrice peut se voir (en cas d’excédent cutané majeur), il s’estompe généralement au bout d’un an après l’abdoplastie mais peut nécessiter parfois une retouche de la cicatrice sous anesthésie locale par une intervention de chirurgie esthétique.

Risque de complications spécifiques à l’abdominoplastie

  • Anesthésie générale ;
  • Hématome et/ou hémorragie ;
  • Épanchement lymphatique chronique (syndrome de Morel-Lavallée) obligeant à des ponctions itératives (très rare). Celui-ci se tarit habituellement en un mois ;
  • Exceptionnellement nécrose cutanée partielle au niveau de l’étage sous-ombilical (chez la fumeuse) ;
  • Sepsis (chez l’obèse) ;
  • Complications thrombo-emboliques (phlébite et embolie pulmonaire dont la prévention se fait par : le port de bas de contention, les piqûres d’anticoagulants, le lever dès le lendemain de l’opération).

Conseils du Dr Dallaserra

Arrêt du tabac deux mois avant l’intervention et après l’opération.


Chez le patient porteur d’une surcharge pondérale, il est conseillé de retrouver un poids stable avant l’intervention de plastie abdominale en chirurgie esthétique.

Possibilité de prise en charge par la Sécurité sociale : uniquement en cas de tablier recouvrant le pubis ou de dégradation majeure suite à de la chirurgie bariatrique.

Les hernies et diastasis très importants peuvent aussi parfois être pris en charge par la Sécurité sociale. Dans ce cas, un arrêt de travail peut-être délivré. Sinon, il faut prévoir entre huit et quinze jours de vacances.